IRIDOLOGIE : Ce que vos iris nous révèlent

IRIDOLOGIE : Ce que vos iris nous révèlent

28 avril 2021 0 Par Delphine Guilloux

L’iridologie est née en Autriche en en 1827. Le Docteur en médecine Ignaz Von Peczely a consacré sa vie à la recherche sur les connexions entre l’organisme et l’iris après avoir constaté que l’iris d’une chouette présentait une barre fractionnée à l’endroit correspondant à sa patte fracturée.

Ses recherches, ainsi que celles de bien d’autres personnalités du monde médical, ont permis de dégager un outil de prévention et d’évaluation du terrain et de la vitalité d’un organisme, et de déceler ainsi ses points faibles. L’iridologie permet donc de prévoir les risques de contracter une pathologie articulaire, vasculaire, circulatoire etc…

Vos iris sont uniques au monde. Outre leur couleur, les innombrables variantes structurelles visibles qui les caractérisent sont la preuve génétique de leur unicité.

Le 1er indice qui ressort de l’iris est notre constitution (hérédité, tempérament de base de l’individu et son évolution). La couleur de l’œil est déterminante. On distingue 3 types de couleurs ayant chacune leur tendance constitutionnelle : les yeux bleus, mixtes ou marron.

Les yeux bleus

Les yeux bleus correspondent généralement à des personnes qui développent des symptômes inflammatoires ou réactionnels, type eczéma, psoriasis, brusque poussée de fièvre, allergies, tendinites, ulcères etc….. Leur ennemi à combattre : l’acide urique.

Au niveau alimentaire, ils devront surtout éviter les viandes rouges, les produits laitiers, les charcuteries, fruits de mer ou crustacées, ainsi que le sucre et l’alcool.

Prédispositions pathologiques : rhumatismes, sensibilité des muqueuses (rhino-pharyngé ou bronchique) et de la peau (eczéma, urticaire, psoriasis…) aggravé par le froid et l’humidité.

Les yeux marron

Les yeux bruns eux sont en apparence plus solides : ils font moins de fièvre, transpirent moins, et développent des maladies moins douloureuses.

Mais ce n’est qu’une apparence car ils ont tendance à développer des maladies plus insidieuses, qui se déclarent à un stade déjà avancé. Ils ont en réalité plus de difficultés à évacuer leurs toxines notamment via le foie, et leur système d’alarme est plus faible.

Prédispositions pathologiques : maladies cardio-vasculaires, cancer, diabète, troubles digestifs du côlon…. Troubles de l’équilibre acido-basique, épaississement et ralentissement du sang.

Ils sont également susceptibles d’être acidifiés par l’acide urique, donc éviter les sucres raffinés, les graisses saturées. Il devra privilégier les épices (curcuma, curry, poivre, cannelle…), l’ail et l’oignon, le citron pour stimuler en permanence ses émonctoires et oxygéner son sang.

  • Les yeux mixtes

Ce type d’iris est dominé par une digestion lente et parfois compliquée. Les yeux noisette, vert foncé, marrons clairs, ou très pigmentés sont concernés par un estomac fragile.

Leur principal ennemi est généralement l’acide oxalique provenant de l’amidon. Il devra donc éviter, voire dans certains cas, supprimer les aliments à base de gluten (pain, céréales, féculents) ou de riz raffiné, ainsi que le sucre et les produits laitiers.

Généralement, une constitution mixte implique une faible capacité à absorber des aliments. Il devrait plutôt faire 4 petits repas que 3 gros.  Il devra en outre faire particulièrement attention à l’association des aliments, en veillant à ne jamais manger des protéines avec des féculents.

En outre, ils présentent généralement un système endocrinien assez capricieux. Règles irrégulières ou douloureuses pour les femmes, problèmes de thyroïde, ou encore de prostate pour les hommes.

Prédispositions pathologiques : problèmes digestifs (ballonnements, gaz, constipation, brûlures d’estomac), hypoglycémie, faiblesse du système endocrinien (thyroïde, prostate, règles….)

Bien entendu, l’analyse d’un iris ne s’arrête pas à sa couleur. Le relief, les tâches, la trame, la netteté du contour ou les creux, sont autant de signes démontrant un problème de cholestérol, de dépression, de faiblesse d’un organe, etc…

Cette analyse ne remplace en aucun cas un bilan sanguin, mais elle renseigne véritablement sur l’état général d’une personne, et en fait un outil précieux du bilan de vitalité établi par le naturopathe.