Le Chou : ne vous fiez pas à sa réputation

 

chou

Le chou, mal aimé du potager ? Un goût prononcé, une odeur persistante, responsable de tempêtes indésirables, ce légume du pauvre traîne sa mauvaise réputation comme un boulet à travers les âges… Et pourtant, il en a chou la casquette, ce crucifère !

Je vais donc revêtir ma robe d’avocat (le métier, pas le fruit !) pour plaider sa cause:

En premier lieu, l’intérêt pour le chou ne date pas d’hier, les anciens avaient bien compris ce qu’ils pouvaient leur apporter : 

A l’époque de Louis XIV, on remplissait les caves des navires en partance pour l’Amérique contre le scorbut ! Mais bien avant, du côté des Romains, Pline l’Ancien déclarait que si les Romains s’étaient passé de médecins pendant si longtemps, c’était grâce à leur consommation de choux !

Aujourd’hui, les bienfaits nutritionnels de ce légume en font le chouchou des naturopathes, et voici pourquoi : 

Il est particulièrement pauvre en calories : 20 cal pour 100 g, qui dit mieux ? Ces calories réparties comme suit :

5 g de glucides
1.25 g de protéines
0.2 g de lipides
1.7 g de fibres

Il est un puissant antioxydant, surtout le chou rouge grâce à la présence de cyanidine, un flavonoïde qui protége du stress oxydatif, et de la présence de provitamine A (bêta-carotène).
Ses composants soufrés, lui procurant cette odeur si caractéristique, si rares dans notre alimentation, sont un réel bienfait pour la protection contre le cancer.

Il joue un rôle dans le maintien de l’équilibre acido-basique car il constitue un minéralisant remarquable : calcium, potassium, fer, magnésium, oligo-éléments (comme l’iode, le cuivre et le manganèse, deux catalyseurs indispensables dans l’action des vitamines du groupe B et des enzymes d’oxydation), souffre (utile pour la santé). Il favorise la production de globules rouges, et est donc anti-anémique.  Ils sont aussi riches en vitamines C, A, E, P, PP, K et B (B1, B2, B3, B5, B6, B9 que l’on pourrait presque appeler « groupe anticancéreux); mais aussi la méconnue vitamine U qui favorise la cicatrisation des muqueuses en cas d’ulcère gastrique.

Le brocolis, est particulièrement conseillé comme aliment favorisant la lutte contre le cancer pour sa haute teneur en sulforaphanes (60mg par portion), puissante molécule qui entraîne l’élimination par l’organisme des substances toxiques, potentiellement cancéreuses.

Si vous vous méfiez de la réaction de vos intestins lors de l’assimilation du chou, voici quelques conseils :

– Il est plus facile de digérer le chou cru, finement râpé et consommé en début de repas.
– Concernant le chou cuit, cuisinez le peu longtemps (sinon vous risquez de perdre ses qualités nutritives) dans peu d’eau avec quelques graines de fenouil, carvi ou cumin.
– Vous pouvez blanchir le chou quelques minutes avec une cuillerée de Bicarbonate de sodium avant de procéder à la cuisson souhaitée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *